>
17 juin 2021

Aligner les différents cerveaux pour une présence et une écoute soutenuepar Roxanne Coulombe, ACC

Un groupe de Coachs des 3L (Laval, Laurentides et Lanaudière) se rencontre tous les mois pour échanger sur des thèmes ou pour partager des expériences d’apprentissage.

Ayant tout juste terminé le programme « Breakthrough Coaching » de Marcia Reynolds (WBECS) destiné aux coachs d’expérience, soit un programme combinant théorie et pratique, je souhaitais partager avec eux, un exercice que j’ai beaucoup apprécié dans un des ateliers pratiques.

Cet atelier intitulé  « Listening with Your Head, Heart and Gut:  Aligning your Brain during a coaching session » a pour but d’aligner les différents cerveaux pour assurer une présence et une écoute soutenue.

Dans cet atelier, on se penche sur l’importance de la présence et de l’écoute avec le cerveau cérébral, le cœur et le « ventre » (gut). 

L’exercice consiste à coacher pendant 5 minutes, faire un exercice de visualisation de 2 minutes et ensuite coacher un autre 5 minutes.  Chaque petit groupe est constitué d’un coach, d’un client et d’un observateur.

La différence dans la présence et dans l’écoute est énorme après l’exercice de visualisation!

Voici quelques observations, celles de participants et les miennes, suite à l’exercice de visualisation :

  • Client :  Avant l’exercice, je voyais le coach travailler fort dans sa tête et après, je la sentais plus calme et vraiment « avec moi ».
  • Coach :  Avant l’exercice, je me préoccupais plus des prochaines questions et après, les questions semblaient venir plus facilement.
  • Observateur :  Avant l’exercice, le coach et le client semblaient travailler séparément, chacun de leur côté.  Après l’exercice, le coach et le client travaillaient en collaboration.  Il semblait y avoir un plus grand calme et une confiance qui s’étaient installés.

Avant l’exercice de visualisation, le coach travaillait souvent de façon cérébrale, ou « dans sa tête ».  En contrepartie, le client restait au niveau cérébral et répondait « avec sa tête ».   Dans ce contexte, il serait difficile d’aller en profondeur car le coach et le client seront dans une relation plutôt transactionnelle, soit le coach pose une question et le client y répond, sans plus.

Après l’exercice de visualisation, le coach est préparé mentalement et émotionnellement au coaching et peut plus facilement incarner l’état d’esprit coaching.  De plus, il peut plus facilement rester concentré, attentif et empathique et agir en réponse à son client.

Bref, un client s’adaptera à son coach.  Si la relation est transactionnelle et que l’on se concentre sur un objectif et un résultat, le client se souciera de la performance et répondra à l’objectif de production.  Il lui sera difficile « d’aller en profondeur ».

Si le coach incarne un état d’esprit coaching et reste (vraiment) en présence, il créera un climat où le temps semble s’arrêter et on se sentira en confiance de parler des « vraies affaires ».

Roxanne Coulombe, ACC