Où sont les clés de barbe-bleue ?
15 juin 2010

Où sont les clés de barbe-bleue ?par Dominique Barbès, PCC

Ne te raconte pas d’histoires, dit  le saboteur. Or pour avoir raison de nos  croyances, peurs, limites, rien ne vaut une bonne petite histoire, comme celle qui nous amenait, enfants,  jusqu’aux portes des rêves.   Rappelons au coach que nous sommes devenus - à  force de rêver- la puissance d’un récit, cet outil précieux de l’approche symbolique.  Invitons-le coaché à se « laisser raconter ». 

Nul besoin d’avoir hérité du talent d’un aïeul,  ni d’une tradition orale de longue date. Entrer dans un récit, même pour un  moment très court dans un coaching, relie le coaché à sa dimension magique  où sa créativité va se déployer sans frein. Notre rôle de coach sera d’établir  le climat de confiance, de poser le cadre qui canalise et mène à la  transformation, de nous assurer de sa volonté de changement, puis de lui tendre  les clés…

Souvenez-vous de l’épouse trop curieuse de  Barbe-Bleue. Elle se met dans le trouble, mais avec un trousseau de clés. En  décidant de tout se permettre, elle retrouve sa liberté d’être.

Voici quelques clés pour le coaché : une  histoire qui débute par « Il était  une fois… » -  ce qui apporte la  distance nécessaire par rapport à la réalité et déclenche l’imaginaire - un  récit qui doit se conclure, et d’autres consignes selon la situation amenée en  coaching.

Plaisir et non-jugement sont bien sûr invités. Nous le savons, l’approche symbolique en coaching désamorce le mental, donne la parole au cœur et remet en mouvement. Sur le fil d’un récit, la personne coachée trouve cela et plus encore. Elle s’éloigne des blocages et croyances qui l’entravent dans sa situation actuelle, s’autorise à jouer avec chaque élément de son histoire. Son intuition réactivée va relier passé, présent et avenir.

Quand est-il pertinent d’introduire le récit en  coaching? Les applications sont infinies, en voici quelques-unes.

Un dirigeant s’interroge sur son leadership. Il  pourra, avec un récit, évoquer les facettes de ce leader qu’il porte en  lui aujourd’hui et celui qu’il souhaite devenir : son comportement, ses  talents, ses pièges, les étapes de sa transformation. En quoi cela parle-t-il  de lui? En quoi est-il déjà le leader de son histoire? Où  sont les leviers de changement?

Une équipe accompagnée traverse une remise en  question, les intérêts individuels reprennent le dessus sur l’objectif commun  et la vision de départ. Le moment est venu de développer l’intelligence  collective en retrouvant la richesse des  alliances au sein du groupe. Nous savons que chacun est très attaché à  « son » histoire, à sa version de la réalité. Construire un récit,  puis inviter les autres membres de l’équipe à intervenir dans son récit, pourra  révéler à chacun des facettes encore inexplorées du potentiel collectif. En  quoi cela parle-t-il du fonctionnement de l’équipe? Quelle est sa capacité à  s’appuyer sur toutes les ressources qu’elle recèle? Quel est le ressenti quand  les autres s’emparent de notre histoire? Nos différences culturelles sont-elles  des murs ou les pièces d’une mosaïque unique?

Le récit est l’outil qui parle du « chemin » reliant  passé-présent-avenir. C’est en fin de coaching qu’il prend tout son sens.  À travers un récit, la personne coachée va  anticiper les possibles que la raison écarte. Son récit parlera à la fois de  l’ici et maintenant, du passé, et du prochain pas. En fin de coaching, il offre  un pont vers l’avenir idéal pour le coaché.

L’histoire se raconte à une ou plusieurs voix,  elle intervient lors d’une rencontre de coaching particulière ou se poursuit  comme un journal de bord. Le coaché l’invente ou s’appuie sur des contes  connus.

À vous maintenant d’expérimenter les  pouvoirs étonnants du récit.

Dominique Barbès, PCC Coach professionnelle