Multiculturalisme en coaching
29 octobre 2020

Multiculturalisme en coachingpar Nada Jurkovic, ACC

Dans une économie mondialisée, l’enjeu majeur pour les entreprises est d’être capable de manager la diversité qui est devenue une clé de performance aujourd’hui. Les entreprises doivent s’adapter à un environnement multiculturel et le coaching aide les entrepreneurs de développer des compétences pour mieux gérer leur entreprise.

Les idées que le coaching est plus efficace et productif si Coach et Coaché sont issus du même milieu culturel ou si Coach connaît la culture de Coaché (la culture de son groupe culturel) sont présents dans de nombreuses discussions sur le multiculturalisme.

Un bon coach suit son client, reconnaît ses émotions, écoute ses silences, suit sa dynamique, découvre ses valeurs et ses non-valeurs et l'aide à trouver son chemin, un chemin que personne d'autre que lui-même ne peut trouver.

Est-il nécessaire pour un tel travail que Coach et Coaché proviennent du même milieu et de la même culture ou que le coach a une connaissance de base du groupe culturel de Coaché ?

Coach et Coaché ​​qui viennent du même groupe culturel ne pensent pas de la même manière. Si on parle des immigrants, chacun d'eux avait un chemin de vie différent et une intégration différente dans le nouvel environnement local. Très souvent, l'un d'eux, fuyant son pays, a fui sa culture ou du moins une partie de celle-ci. Il est important de souligner que leur groupe culturel commun n'implique pas la même culture et il faut faire la distinction entre le groupe culturel auquel appartient Coché et sa culture personnelle.

Coaching avec une approche (multi)culturelle comporte de nombreux pièges. L’approche culturelle peut facilement être basée sur des stéréotypes liés à un groupe culturel. Les stéréotypes restent des stéréotypes et mènent dans une mauvaise direction. Coaché vit et travaille dans l'environnement local et sa culture actuelle est le produit de toutes ses expériences, tant dans le pays d'origine que dans le nouveau pays. Ainsi, le stéréotype de sa culture d'origine est très difficile à appliquer.

Le Coach devrait voir le Coaché dans le prisme de son individualité et non dans le prisme de l'appartenance à un groupe culturel car l'appartenance à un même groupe culturel n'implique pas la pensée et le comportement de ce groupe. La beauté et la magie du coaching réside dans la recherche et la découverte des désirs et des capacités de Coaché. Un bon coaching n'est pas prédéfini par l'approche multiculturelle, un bon coaching est l'acceptation radicale du Coaché avec toutes ses différences et ses couleurs. Chaque coaché ​​est différent et ses différences ne sont pas dans la description de son groupe culturel, elles sont mieux recherchées et découvertes avec le postulat du coaching « Savoir ne pas savoir ».

Nada Jurkovic, ACC