La Communication non-violente de Marshall Rosenberg au service du coaching

Information 2 CCE
  • Date: 13 février 2018
  • Heure: 17 h 30 - 20 h 30
  • Lieu AFI/Edgenda - 1751, rue du Marais, bureau 300 Québec
Prix (taxes en sus)

 

La Communication Non Violente de Marshall Rosenberg au service du coaching
avec Martin Roy, Asserti Vitae.com

  • Les besoins : Une caractéristique centrale du vivant
  • Survol du modèle de la CNV
  • La conscience de nos sentiments et besoins, un outil puissant pour susciter des prises de conscience, la responsabilisation et l’empuissancement
  • Distinction entre un besoin, une valeur, stratégie et le lien avec les sentiments
  • Le reflet empathique vs le coaching

S'appuyant sur vos connaissances de ce qui mobilise les humains, cet atelier vous propose un bref survol expérientiel d’un modèle à la fois, simple et puissant qui soutien à la fois la conscience des sentiments qui nous traversent et des besoins humains sous-jacent, la prise de responsabilité de ces derniers et l’empuissancement en matière des choix que chacun de nous effectuons d’instant en instant pour une vie plus satisfaisante.

Date :
le mardi 13 février 2018

Heure : 
17 h 30 Accueil et buffet froid
18 h 30 à 20 h 30 Atelier

Endroit :
AFI/Edgenda
1751, rue du Marais, bureau 300
Québec (Québec)  G1M 0A2

Stationnement gratuit et en abondance !

Merci à AFI/Edgenda, dont fait maintenant partie Mozaik Québec, de nous recevoir.

Frais d'inscription : 

Membres ICF Québec : 25 $ plus taxes
Membres ICF : 35 $ plus taxes
Non-membres : 50 $ plus taxes

Les compétences visées par cet atelier :

  • Co-créer la relation avec le client : Maintenir la présence, empathie, construire un climat de confiance
  • Communiquer efficacement : Écoute active, questionner avec impact, utiliser un langage direct (feedback)
  • Faciliter l’apprentissage et la réussite : Suscité des prises de conscience et la responsabilité

Présentation de Martin Roy, notre animateur

Martin est membre de l’International Coach Federation (ICF) et œuvre au « Sud » auprès d’une clientèle composée principalement de gens d’affaires et de professionnels en position de leadership. Sa principale motivation est de contribuer au développement du potentiel humain dans sa dimension individuelle et dans sa dimension collective telle que vécue dans les organisations.

Au cours de sa vie professionnelle qui cumule déjà plus de 30 années, il a œuvré essentiellement comme dirigeant dont 17 comme propriétaire d’une entreprise manufacturière qu'il a vendue en juillet 2016. Au moment d’acquérir cette entreprise, il était animé par un double rêve, l’un était un succès financier et l’autre était de réaliser cela de telle sorte que les humains y œuvrant soient bien et satisfait dans leur rôle. Dans son rêve, l’indicateur était d’entendre des rires et autres signes d’une camaraderie lors des entrées et de sorties de l’usine.

Après quelques années, le premier bout de son rêve se portait bien … mais pour le deuxième, il était sur la mauvaise voie. L'entreprise a évité de justesse une accréditation syndicale, ce qui n’est pas une calamité en soi, mais un indicateur assez fiable que les employés n’étaient ni bien, ni satisfait, bref ça ne rigolait pas trop dans le vestibule …

Après une intervention en RH réussie, la consultante qui l'accompagnait lui a suggéré de suivre une formation en communication non-violente (CNV) … ce qui fut dur à avaler pour son égo. Mais, comme la cohérence est un besoin important pour lui, il a pris le risque. L’aventure dure depuis 8 ans et depuis 4 ans, il offre des ateliers de CNV et ses accompagnements en coaching ont la CNV pour toile de fonds. 

Ce modèle qui met l’accent sur :

  1. La conscience des besoins humains, les-siens bien évidemment, mais également ceux des autres humains en raison de l’interdépendance fondamentale qui nous unit aux autres humains quand vient le temps de satisfaire la plupart de nos besoins, et
  2. La prise de responsabilité de ces derniers et des émotions qui sont les signaux dont la nature nous a dotées pour savoir s’ils sont comblés ou pas. Ce qui se traduit concrètement par la mobilisation de nos ressources via des demandes à soi et à son entourage.

Depuis Août 2016, Martin habite à temps partiel au Nunavik avec sa conjointe, dans le village nordique de Kuujjuaq où 50% de la population a moins de 25 ans. Jusqu’à présent il occupe un poste de coach au sein d’un organisme qui vient en aide aux hommes qui vivent des dynamiques de violence et souhaitent s’en sortir. Il offre également diverses formations et ateliers auprès des jeunes du primaire et du secondaire ainsi qu’à des professionnels du monde de l’éducation.

Liens utiles