Participer à la révolution du leadership
21 novembre 2019

Participer à la révolution du leadershippar Cailin Woodward

Les bases du développement du leadership ont peu évolué au cours des dernières décennies, ce qui s’avère problématique. Peter Hawkins a donné une conférence à l’École de gestion John-Molson sur l’avenir du développement du leadership et la voie à suivre pour provoquer des changements.

« Je ne suis pas seulement venu ici ce soir pour vous apprendre des choses. Je suis venu pour vous inviter à prendre part à la révolution », a lancé le professeur Peter Hawkins (Ph. D.) au début de sa conférence à John-Molson, présentée en collaboration avec le Centre des dirigeants John-Molson et la section québécoise de la Fédération internationale des coaches (ICF Québec).

Pour ceux qui ne le connaissent pas, Peter Hawkins est un coach, un professeur, un leader, un auteur et un consultant de renommée mondiale, en plus d’être un fier grand-père. Bref, il mène une vie bien remplie. Il pourrait probablement prendre sa retraite, mais il n’est pas prêt : comme il l’a expliqué pendant sa conférence, nous sommes en plein cœur d’une révolution en développement du leadership.

« Le XXIe siècle est commencé depuis 19 ans, mais le développement du leadership n’a pas encore traversé le siècle. Nous formons des leaders comme nous le faisions au XXe siècle », a expliqué le professeur à une foule de 50 participants, eux-mêmes coachs pour la plupart. Il a nommé neuf points critiques, c’est-à-dire neuf changements profonds qui attendent la prochaine génération de leaders.

  1. Les leaders ne dirigeront plus « leur équipe » : ils deviendront les maîtres d’œuvre d’un écosystème d’affaires. Ce faisant, ils réussiront à établir des liens constructifs qui s’étendront dans toutes les directions pour mettre en relation les parties d’un système non coordonné.
  2. Le leader qui joue au héros n’a plus sa place dans le monde des affaires, que ce soit pour la génération actuelle ou les générations futures. La collaboration de tous les membres de l’équipe est nécessaire pour connaître la réussite. L’intelligence d’une seule personne ne suffit plus; il faut mettre à contribution l’intelligence de toute l’équipe pour gagner en efficacité.
  3. Le leadership axé sur les objectifs et les valeurs crée de la richesse pour tous les intervenants. Au lieu de prendre des décisions exclusivement en fonction des actionnaires, les leaders doivent analyser l’incidence des décisions sur tous les intervenants.
  4. Il faut mettre fin à l’innovation en série et fragmentée. Le professeur Hawkins fait référence au modèle des trois horizons de Bill Sharpe, où l’horizon 1 concerne les affaires courantes, l’horizon 2, l’innovation pour l’avenir, et l’horizon 3, la prévoyance. Les leaders doivent travailler en fonction de ces trois horizons et trouver un équilibre qui les aidera à créer une organisation prête pour l’avenir.
  5. Valoriser la diversité individuelle multiple et systémique: voilà qui semble évident et facile à intégrer. Mais le problème est que les entreprises n’ont pas encore pris le concept à cœur. De nombreuses organisations respectent leurs quotas de diversité, mais pas dans leur équipe de haute direction. « Nous avons appris à recruter une main-d’œuvre diversifiée, mais pas à travailler avec elle », a souligné le professeur en nommant plusieurs entreprises dont l’équipe de hauts dirigeants manque à l’évidence de diversité.
  6. Le leader doit aider les autres à devenir meilleurs. Ce concept est directement lié au deuxième point du professeur Hawkins, selon lequel les leaders qui jouent aux héros n’ont plus leur place. Les leaders ne peuvent pas être les seuls à tout faire; pour obtenir de l’aide, ils doivent perfectionner les compétences des membres de leur équipe. Il est impossible qu’une seule personne connaisse toutes les réponses. En misant sur la contribution de tous, les leaders démultiplient les nouvelles possibilités au sein de leur organisation.
  7. La motivation, les milléniaux et la mobilité. De nos jours, les travailleurs ne se motivent pas du tout de la même manière que ceux des générations précédentes. Les milléniaux sont nombreux à puiser leur motivation dans l’apprentissage continu et les postes qui renforcent leur confiance et leur autonomie. La motivation était autrefois associée à l’argent et aux titres prestigieux, mais les leaders d’aujourd’hui ont d’autres objectifs.
  8. La transparence est un signe de maturité éthique. La population finira probablement par tout savoir à un moment ou à un autre. Et quand ce jour viendra, comment votre organisation paraîtra-t-elle? C’est à cette question que les leaders doivent réfléchir.
  9. Conclure des partenariats et faire du réseautage. Le but des partenariats n’est pas de donner le meilleur des deux entités, mais plutôt de trouver un élément nouveau et unique que l’une ou l’autre des parties ne pourraient offrir si elles ne travaillaient pas ensemble.

Le professeur Hawkins a aussi demandé à deux participants – des étudiants qui avaient suivi son atelier de trois jours pendant la même semaine – de lire à voix haute deux lettres. Ces lettres exprimaient le point de vue d’un leader de demain et celui d’un professionnel de la génération actuelle. Elles prenaient la forme d’un échange épistolaire en vue de communiquer leur savoir, d’aborder leurs craintes et d’exprimer mutuellement leurs souhaits pour l’avenir.

Les lettres ont été inspirées par les réponses tirées d’entrevues réalisées par le professeur Hawkins auprès de différents leaders. Les réponses les plus populaires se sont retrouvées dans des lettres bien senties sur les changements à venir en matière de leadership.

Le texte s’adressant aux leaders actuels est empreint d’une sagesse infinie et de conseils qui peuvent inspirer la prochaine génération de leaders. « Il n’est jamais trop tard pour poursuivre votre apprentissage, car le développement du leadership est un long cheminement », disait la lettre.

Mais les leaders de demain veulent plus que de la sagesse. Ils veulent qu’on leur montre la voie à suivre. « Manifestez votre enthousiasme, révélez-nous votre mission. Nous voulons apporter notre contribution, martèle-t-on dans la lettre. Nous voulons façonner l’avenir avec vous. Si vous n’êtes pas prêts à nous faire une place, dites-le-nous. Nous changerons notre fusil d’épaule. »

La révolution du leadership est déjà commencée. Vous embarquez?

Prochains ICF Québec Coaches Breakfast : 13 décembre 2019 et 10 janvier 2020

Cailin Woodward John Molson Executive Centre, Concordia University