10 questions à une Coach – Louise Poisson, PCC
15 avril 2015

10 questions à une Coach – Louise Poisson, PCCpar Louise Poisson

Louise est coach exécutif chez Vézina, Nadeau, Labre. Dans sa pratique, elle aide ses clients à découvrir et prendre conscience de leur essence unique et de s’y connecter pour que se libère leurs grands pouvoirs d’agir.  Louise a accepté de répondre à notre questionnaire et l’a fait avec générosité.  Un gros merci.



1. Qu’est-ce qui vous a amené vers le coaching?

Le savoir intuitif à 22 ans, qu’à 50 ans (après avoir été 3 ans sur le marché du travail dans le secteur de la publicité) ma carrière serait autre que celle qui débutait. J’ai adoré ma première carrière qui m’a permise de diriger des équipes et d’honorer plusieurs de mes valeurs, dont la beauté, le travail d’équipe, la performance. À 41 ans, alors que j’entamais ma réflexion de carrière avec un coach, j’ai participé à ma première formation en coaching. Ce fut le coup de foudre. Moi qui fut toujours intéressée par la psychologie pour le développement personnel, je venais de trouver une profession qui procurait un impact fulgurant dans un lapse de temps phénoménal et qui me semblait être apparentée à la psychologie tout en étant différente. Le coaching individuel et d’équipe me permet d’honorer des aspects de ma carrière de gestionnaire sur lesquels je carburais : contribuer au développement du potentiel des gens et améliorer l’efficacité des équipes de travail.

2. Une chose que j’ai du mal à comprendre….

Le conflit. Il m’attire même si en soi, le conflit m’effraie à prime abord. Il est inévitable, et pour moi un sujet de grande passion que j’essaie d’apprivoiser et de comprendre à travers ma pratique professionnelle d’accompagnement d’équipes et de relation.

3. Si je n’étais pas Coach, je serais…

Psychologue, médecin, professeur, médiateur ou je redeviendrais gestionnaire d’équipes.

4. Qu’est-ce qui vous permet de réaliser votre plein potentiel de coach?

Mes clients. Être superviseur de coach. Mon engagement envers ma formation continue. Les discussions inspirantes  avec mes compères coachs que j’admire: Véronique, Dominique, Danielle, Denis, Jean-Pierre, Carole et bien sûr Carolina.

5. Qu’est-ce qui vous fait rire dans la vie?

Presque tout. Je me fais beaucoup de scénarios et d’images loufoques dans ma tête. Je vois les choses souvent autrement que ce qu’elles peuvent apparaître à l’œil nu. Sans prétentions, je me compare un peu au Dallai Lama. Vous ne trouvez pas qu’il rit plus souvent qu’autrement?

6. Qu’est-ce que vous avez réussi de mieux dans votre vie?

Mes deux carrières et mes deux divorces. J

Deux Succès. Mais là je me dévoile peut-être un peu trop…

7. Quel est le talent que vous aimeriez avoir?

Pourquoi juste un? Jouer de la musique, parler plusieurs langues et travailler avec aisance dans le conflit comme Arnold Mindell sait si bien le faire.

8. Votre devise? J’en ai plus qu’une bien sûr. Nommons-en deux :

  1. Tout est parfait. Cette devise m’aide à célébrer mes erreurs, et trouvez ce qu’il y a de bon dans ce qui apparaît être, sur le moment, plutôt négatif.
  2. This too shall pass. Cela provient de cette fable de poètes sufis d’origine Perse et reprise dans un des livres d’Eckart Tollé: Un roi demanda à ses hommes sages de lui créer une bague qui le rendrait heureux lorsqu’il est malheureux. Ils lui donnèrent une bague avec cette inscription à l’intérieur : This too shall pass. Cette bague eut l’effet désiré, mais s’avéra être une malédiction lorsqu’il était heureux.

Cela me rappelle d’apprécier le moment présent et m’encourage dans les moments plus sombres de ma vie.

9. Un moment de pur bonheur…

Nager dans la rivière rouge près de Tremblant dans le Nord. Un endroit à découvrir. Là où je me baigne, près de Brébeuf, cette rivière est faite que de sable et est jonchée de grandes plages ici et là. Des plages de sable si doux et si blanc, que ça rappelle le sud.

10. Si vous écriviez à tous vos clients, tous les jours, que voudriez-vous leur dire?

Ce  texte de Marianne Williamson qui j’espère, leur rappellerait la grandeur de l’être qu’ils sont et interpellerait le leader qui sommeille en chacun d’eux:

“Our deepest fear is not that we are inadequate. Our deepest fear is that we are powerful beyond measure. It is our light, not our darkness that most frightens us. We ask ourselves, who am I to be brilliant, gorgeous, talented, and fabulous? Actually, who are you not to be? You are a child of God. Your playing small does not serve the world. There is nothing enlightened about shrinking so that other people won't feel insecure around you. We are all meant to shine, as children do. We were born to make manifest the glory of God that is within us. It's not just in some of us; it's in everyone. And as we let our own light shine, we unconsciously give other people permission to do the same. As we are liberated from our own fear, our presence automatically liberates others.”

Louise Poisson PCC