Coacher les entrepreneurs et leaders de demain : se rapprocher de leur milieu pour faire des liens
21 février 2019

Coacher les entrepreneurs et leaders de demain : se rapprocher de leur milieu pour faire des lienspar Johanne Landry, PCC

Dans la continuité du thème du Congrès : Le coaching horizon 2025, Ensemble évoluer dans un monde complexe et en mouvance, nous avons approché deux dirigeants du monde des affaires québécois. Nous voulions connaître leur expérience avec le coaching, leur perception et leur point de vue sur l’avenir du coaching dans nos organisations. Que recherchent-ils comme profil de leader? Qu’observent-ils de la génération montante?

1 - Monsieur Roch L. Dubé, homme d’affaires accompli ayant lancé et géré avec succès plusieurs sociétés privées et publiques, est maintenant président de Dubé & Co. « Les jeunes ont plusieurs intérêts, il n’y plus vraiment de cloison entre leur vie personnelle et professionnelle, ainsi ils jonglent avec plusieurs éléments à la fois, ce qui ajoute de la complexité. Ils cherchent souvent à réaliser un coup de circuit rapidement et à devenir autonome financièrement tout aussi vite. » nous affirme monsieur Dubé. Il recherche des entrepreneurs capables de faire faire, orientés vers l’innovation et qui travaillent à développer leurs forces lorsqu’il accepte de les accompagner dans le démarrage de leurs entreprises.

Pour Monsieur Dubé, le coaching est une intervention sporadique et comme l’environnement de l’entrepreneur évolue rapidement, il croit plus compliqué de réaliser une démarche de coaching.

Je lui ai mentionné que le coach n’avait pas besoin de connaître le « contenu » du client, qu’il devait plutôt maîtriser une démarche, des outils pour faciliter les prises de conscience, accompagner sans juger, sans forcer et laisser la plein pouvoir au coaché. Un coach permet au coaché d’avancer vers ses objectifs plus rapidement, peut-être différemment qu’il l’aurait imaginé et avec, très souvent, plus de confiance.

Comme les défis d’affaires sont de plus en plus complexes, monsieur Dubé est d’avis que nous, les coachs, aurions avantage à développer une bonne compréhension des enjeux d’affaires et de l’environnement de nos clients, donc se rapprocher du « contenu » si nous désirons avoir plus d’impact. Il s’en assurerait s’il devait avoir recours à l’accompagnement d’un coach.

Enfin, la technologie s’est infiltrée partout et influence la façon qu’ont les leaders de communiquer et de s’informer.

Ainsi, monsieur Dubé affirme que le succès des leaders dépend en très grande partie des relations interpersonnelles, des liens de confiance qu’ils créent. Pour lui, la capacité d’écoute, d’apprendre, de demander de l’aide avec humilité, de reconnaître ses pièges, de lire son environnement avec réalisme, de très bien comprendre son milieu d’affaires et d’inventer avec passion sont les caractéristiques des entrepreneurs leaders à succès. Il y voit des opportunités pour les coachs.

En conclusion, les coachs ont avantage à développer et maintenir une bonne compréhension de l’impact des mouvements sociétaux, économiques et environnementaux sur les organisations et les humains qui y travaillent.

En mars, nous vous présenterons l’entrevue avec madame Maarika Paul, chef de la direction financière, talents et performance à la Caisse de dépôt du Québec.

Johanne Landry, PCC Coach et formatrice