Johanne Landry
octobre 16, 2017

Le coaching : une danse inspirante

Johanne Landry, PCC

Afficher le profil
  • Partagez cet article
  • A A

« Danser avec le coaché » est l’art de suivre son coaché, d’aller à son rythme, dans une valse de questions-réponses, d’explorations-découvertes, reflets-prises de conscience, debout-assis, position haute-position basse et ainsi de suite.

Dernièrement, j’ai vécu une expérience assez particulière dans cette danse. Permettez-moi une brève mise en contexte.

La coachée, jeune femme entrepreneure, mi-trentaine, débordée voire embourbée dans une spirale sans fin, n’ayant plus de temps pour sa vie personnelle, se présente à sa première séance.

Deux semaines auparavant, ses enfants de 6 et 8 ans ont été surpris un samedi après-midi par sa présence à une activité familiale : « Maman, tu ne travailles pas? ». Son cœur a fait deux tours, elle a réalisé qu’elle était à la limite du raisonnable.

La demande est claire : « Je veux retrouver un équilibre »

  • Travailler 30 heures par semaine
  • Faire du sport 3 fois par semaine
  • Dormir au moins 7 heures par nuit

Quelques indicateurs :

  • Je dirai non à certains mandats que je ne veux plus faire
  • J’aurai de l’énergie
  • Je serai plus patiente
  • Je serai calme (en ce moment angoissée)
  • Une vraie présence auprès des enfants et de mon conjoint : jouer et sortir ensemble le weekend

Ça y est l’effet miroir se présente à moi, je me suis encore plus concentrée sur Julie (prénom fictif) et j’ai placé virtuellement le miroir dans une petite boîte que j’ouvrirai  seulement entre les séances pour voir ce qui me concerne.

Je ne veux pas parler de ce que nous avons fait, semaine après semaine, au fil de sa démarche de coaching. Je souhaite plutôt vous amener en position méta.

Julie part de sa première séance, convaincue qu’elle a fait le bon choix de s’engager dans une telle démarche. Moi, je suis complètement charmée par cette jeune femme  intelligente, pleine d’énergie et de volonté, lucide, démunie et décidée à s’en sortir. Le courant passe.

Elle insiste pour avoir une session hebdomadaire.  Je suis impressionnée par son engagement.

Après chaque séance, elle repart avec des  feuilles volantes remplies de mots et d’images qu’elle avait dans la tête, clarifiant les actions qu’elle décide de prendre.

De fois en fois, elle revient et elle a fait un pas…de géant.  De fois en fois, j’en suis touchée.

La quatrième séance a été déterminante. Elle avait réussi à intégrer dans sa journée 40 minutes de course et à prendre son premier weekend de congé depuis des mois. Son fils de 8 ans courait avec elle le samedi matin. Elle avait commencé à mettre des limites à un client. Elle en était bien fière. WOW.

L’effet miroir réapparaît…. Moi aussi, j’ai à m’engager envers moi-même, envers ce que je veux vraiment. Je suis inspirée par ma coachée.  Ainsi, après son départ, je  sors de mon bureau, enfile mes espadrilles et pars marcher pour 20 minutes. Le mouvement dans lequel Julie s’est engagée a eu son onde de choc sur moi.

Je ne sais trop comment décrire ce qui se passait en moi : je voulais « mériter » d’être sa coach.

Un engagement aussi  sérieux de sa part m’a incitée à entrer en mouvement moi-aussi.  ÊTRE en accord avec ma vision du coach que je veux ÊTRE vraiment.  L’accompagnement de Julie m’a donné l’occasion de revisiter le « sens » profond du coaching.

Je lui ai dit.  Mon intention était de reconnaître et de nommer l’impact de son engagement et de ses actions.

 J’ai vu, dans ses yeux et dans sa posture, son sentiment de fierté prendre place.  Elle a maintenant confiance en elle, en sa capacité de se prendre réellement en main. Elle est sur un chemin d’apprentissages et elle en accepte le rythme, son rythme.  Elle m’a permis de me laisser réellement porter par mes intuitions, d’oser explorer sans connaître la piste d’atterrissage. Je l’ai remerciée pour ça aussi.

Bien que ce ne soit pas  la première fois où un coaché m’inspire, c’est la première fois où j’ai vraiment senti une énergie créatrice aussi forte. Je n’aime pas utiliser les expressions à la mode ou que nous entendons souvent, pourtant j’ai vraiment eu la sensation d’ÊTRE SUR MON X.

Gratitude envers le métier de coach : danser avec un coaché c’est apprendre de nouveaux pas pour sa propre danse.

Autres articles intéressants

L'engagement vs le décrochage du coach

juin 15, 2011

Si vous pensez à décrocher... prenez du recul. [...]

10 questions à un coach

septembre 13, 2013

Nous vous présentons Johanne Landry. [...]

Le coaching : une danse inspirante

octobre 16, 2017

L’art de suivre son coaché, d’aller à son rythme, dans une valse de questions-réponses ... [...]